Réactions du peuple face à ce manque de libertés.

Pendant la guerre

Elle passe principalement par "Le Canard Enchaîné."

Le Canard enchaîné est un journal hebdomadaire satirique qui a été créé le 10 septembre 1915 en riposte à la censure de la presse, à la propagande officielle et au bourrage de crâne imposés par la guerre et ses difficultés.

L'arme choisie par le journal est le «rire».

C'est la seule utilisable face à la censure militaire et politique avec laquelle le journal poursuit un combat homérique et rusé, grâce aux antiphrases, démentis qui valent confirmations, phrases à l'envers, etc, bref tout un arsenal pour essayer de faire passer les vraies informations sans se faire censurer par le système mis en place.

«La liberté de la presse ne s'use que quand on ne s'en sert pas»

Certains auteurs comme Maurice Rajsfus ou Albert Londres se sont battus pour tenir tête à la censure et au bourrage de crâne 

Depuis le début de la guerre de 1914-1918, Albert Londres se bat contre la censure. Le travail des correspondants de guerre est réglementé de façon tatillonne. Le reporter s’insurge et ruse autant qu’il le peut. Parfois la censure interdit en totalité certains de ses reportages.

C’est dans cet état d’esprit, rebelle et acharné à dire la vérité, que Londres couvrira jusqu’à la fin de 1918 la plupart des fronts de la Grande Guerre : France, Belgique, Italie, Allemagne bientôt occupée, etc.

Tous les reportages d’Albert Londres concernant la guerre de 1914-1918 portent la trace de sa révolte « contre le bourrage de crâne ». Il devient bientôt « indésirable » et se retrouve en tête d’une liste noire établie par l’état-major comme « mauvaise tête » ! Le haut commandement déposera même une plainte contre lui pour « insolence » et « insubordination » auprès de la direction du Petit Journal, qui soutiendra néanmoins le grand reporter.

Après la guerre

 

 Le  12 octobre 1919, la censure est levée un an après la fin de la guerre.

Le sénat Français ratifie le traité de paix du 11 novembre, un an après sa signature. La censure préventive qui avait été instaurée par le ministère de la Guerre le 4 août 1914 est levée.

Le fait que des citoyens expriment leur mécontentement envers la censure et la propagande prouve bien qu'elles posent de nombreux problèmes à la société.

 

 

 

Commentaires (2)

1. Fabrice LEMARK 09/03/2009

Étant donné mes talent de journaliste, je me permet de vous dire que votre site est très bien construit.

2. louis 04/10/2010

oui et toi mon mignon

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site